Tous à poil ! ...et tout bronzés !

En lisant ce titre, vous vous demandez sûrement si Claire Franek et Marc Daniau nous réservent une dialectique en faveur du naturisme, et tout cela à destination des enfants ? Eh bien, détrompez-vous, ce n’est pas son but, et pourtant l’album nous offre une série de tableaux en apparence directement inspirés des plages du Cap d’Agde. Mais plus subtile qu’une simple chronique de société, c’est une mise en situation gracieuse et pleine d’humour qui se présente à nous. Un regard tendre sur ce qui nous relie autant qu’il nous singularise : notre corps.

Un bras, un sein, quelques orteils ou une paire de fesses... et plus si affinité. Voilà ce que dévoile au fil de ses pages ce curieux livre, Tous à poil ! Des attributs que nous possédons d’ordinaire en égale quantité. Et a priori, malgré la fierté, l’indifférence ou la honte éprouvée devant notre miroir le matin, nos possessions fluctuantes, ou nos divergences d’opinion, nous parviendrons tous égaux au terme de notre vie : tout nus, munis (on l'espère) de ces mêmes dotations. Alors comment aborder et dédramatiser la question de la nudité ? la regarder ou la montrer ? D’autant plus que la pudeur naturelle et tout à fait légitime chez les enfants mérite bien une représentation qui la respecte, ne la choque en aucune manière. S’il est vrai que la peinture d’une femme toute nue (surtout entre deux hommes eux-mêmes chaudement vêtus) lors d’un Déjeuner sur l’herbe a pu choquer au temps de Manet, aujourd’hui nos publicités n’ont plus peur « d’utiliser » cette même femme en tenue d’Eve pour prôner les mérites d’un vulgaire yaourt sur nos écrans et papiers glacés.

Mais bien évidemment, la démarche qui anime l’auteure Claire Franek est tout autre. Déjà, l’utilisation de ce terme tout au long du recueil : « à poil !». Une expression familière et affectueuse, sorte de moquerie décomplexée qui brise d’emblée le tabou en lui donnant cette tonalité humoristique et éloquente. Au fil des pages, la tournure se fait récurrente (« A poil un tel ! ») sur la page de gauche, accompagnant chacun des personnages que l’on découvre soit dans le plus simple appareil, soit sur le point de l’être sur la page de droite. De temps en temps, une petite entorse à la formulation ou au sens de cette phrase, notamment pour la mamie ou pour le chien (qui paradoxalement illustre la première de couverture alors qu’il est une sorte d’ « intrus » au sein de la série). Le choix des individus croisés n’est d’ailleurs pas le fruit du hasard : ils appartiennent tous au monde environnant  l’enfant. Ainsi la baby-sitter, la maîtresse, la mamie, la boulangère ou les footballeurs, tous se retrouvent dans la même situation pour une chute commune. Des métiers ou des statuts soit sérieux ou intouchables, soit trop proches pour que le jeune lecteur puisse envisager qu’ils possèdent les mêmes attributs que lui, quelque part sous leurs vêtements.

Et pour donner corps (si l’on peut dire) à ce striptease collectif, à la fois spontané et authentique, le graphisme très pictural de Mark Daniau se pose comme une évidence. Il se vit autant qu’il se contemple, comme une sorte d’hommage au corps en lui-même, à la peinture et à tout un genre qui a ému et projeté tant de canons au fil des âges : le nu. Sa peinture de la nudité est à la fois vibrante de la vie qu’elle représente et pleine de douceur et de sensualité, elle contient par ailleurs suffisamment d’humour dans l’oscillation entre réalisme et caricature pour respecter la pudeur de celui qui en est témoin. Le traitement des textures de peaux, des teintes et des lumières est juste et pourtant les coups de pinceaux semblent libres. Les variations de silhouettes et des gabarits d’un personnage à l’autre magnifient les anatomies de chacun et invitent à accepter son propre corps et celui des autres en tournant cette fameuse nudité en dérision. Tous à poil ! Avec son titre qui n’a presque pas besoin d’illustration, son cheminement narratif simple mais efficace, son effeuillage presque chorégraphique de personnages issus de notre quotidien, est un album tendre et amusant sur ce tabou bien délicat. Un sujet difficile à appréhender autant chez les petits que chez les plus grands, mais que chacun prendra plaisir à mettre à nu, tout en gardant son propre corps au chaud sous sa petite couche de vêtements.

CHRONIQUE DU SITE KRINEIN juin 2011

 

 

 

"LA CANAILLE"

 La mamie, le policier, la maitresse, l’ami Pierrot et jusqu’aux dames de la cantine, ici, tout le monde se déloque ! Dans un esprit festif, sans jugement de valeur sur le corps ni désir de séduction dans le déshabillage,

L’album Tous à poil ! nous plaque un grand sourire sur le visage et nous met à égalité : qu’on soit vieux, jeune, gros, fille ou garçon, on a deux bras, deux jambes, une tête… et oui, d’accord des fesses et un kiki ! Et le plus beau, c’est que les personnages se marrent, eux aussi, en s’effeuillant, savourant à l’avance le plaisir d’une simple baignade à poil dans l’océan.

CAUSETTE #14

 

"SOUS LES BOURELETS, LA PLAGE"

L'idée, si j'ose dire, était assez culottée : un album entier où l'on se déshabille à chaque page. Du bébé au policier, du PDG aux dames de la cantine et jusqu'à mon ami Pierrot, voilà que tout le monde tombe la culotte avant de se jeter à l'eau. Et en avant pour le grand déballage ! Finalement, c'est encore le chien de la couverture qui reste le plus décent... Joli piège pour l'adulte négligeant qui oublierait d'ouvrir le livre. Mais au fond est-il bien ici question de décence ou d'indécence ? Quelques âmes bien pensantes poseront sûrement la question. L'album, quant à lui, assume. Le slip fièrement enfilé sur la tête, il n'élude ni poil ni bistouquette ni même l'extrême minceur de son prétexte. Quelle importance ? En exposant ainsi les bijoux de famille, Claire Franek et Marc Daniau n'ont à l'évidence d'autre but que de faire gentiment craquer quelques masques. Calcifs et soutiens-gorge volent par-dessus les moulins et, avec eux, les apparences, l'esprit de sérieux et la gravité qui convient à la fonction. Tant mieux. Après tout, ne sommes-nous pas tous égaux devant la viande ? Alors tous à poil ! Enfin... allez-y, je vous suis !

YANN FASTIER "LE CIMETIERE DES LENIFIANTS"

 

Magnifique album sur la nudité !

Il s'adresse aux plus jeunes et enchantera les plus âgés, enfin ceux qui sont décomplexés avec la nudité.

Car tout le monde y passe. On commence avec "à poil le bébé" pour finir avec un "allez mamie dépêche-toi !" réjouissant.

Tout le petit monde qui gravite autour de l'enfance et de la famille se retrouve à poil pour un bain collectif et bon enfant. Les personnages qui gravitent quotidiennement autour de l'enfant (ont-ils les mêmes attributs que moi ?) à ceux plus médiatisés, parfois plus lointain mais qui se révèlent tout aussi proche dans la nudité font partie de cette joyeuse farandole : de la baby-sitter au PDG, des footballeurs aux voisins, de la boulangère à la maîtresse ("Ah non, pas en maillot de bain !" s'il vous plaît), des plus vieux aux plus jeunes, des beaux et des moins beaux, des dodus et des minces, toutes les couleurs de la vie et toutes les formes des corps se retrouvent dessinés par Marc Daniau. Sa peinture est pleine de vie et de mouvements, libre et précise pour reconnaître les corps et les différences mais pudiquement floue pour ne pas entrer dans le détail des anatomies. Claire Franek déclare un "Tous à poil" dès le titre, et sa formulation joyeusement familière (qui n'a pas dit à ses enfants "à poil" avant d'aller au bain ?) revient comme une litanie tout au long des pages.

Bref, cet ouvrage est admirable de fraîcheur et d'envie : on irait bien plonger dans ce bain de mer avec eux à la fin de l'ouvrage, dans le plus simple appareil bien sûr !

 

Que certains soient choqués par cette approche de la nudité s'adressant aux plus jeunes enfants ne manquera pas de survenir. Qu'importe, le propos des auteurs et de l'éditeur est audacieux et est parfaitement pertinent : nous sommes tous fait de la même chair, hommes et femmes, nos sexes nous différencient et nous identifient, nous appartenons à l'espèce humaine (homo sapiens) et à la classe des mammifères. Et ce n'est sans doute pas par hasard si un voisin de classe fait la couverture : un chien ! Qui plus est, et il faut reconnaître cette volonté aux auteurs, Claire Franek et Marc Daniau, leur approche humoristique et familière de la nudité est un choix des plus intelligent pour tenter de dédramatiser la nudité. C'est alors que le rôle du passeur de livre, du médiateur, prend toute son importance. Parent, libraire, bibliothécaire, enseignant, animateur, éducateur, leur capacité à faire de ce livre un outil à disposition des enfants pour mieux vivre le corps (le leur et celui des autres) sera capitale. La médiation est indispensable, et pourtant l'acte le plus simple et le moins risqué, se révèle dans la mise à disposition de cet ouvrage. Une découverte solitaire peut s'avérer bien utile. Mais l'accompagnement par la lecture simple de l'ouvrage apportera, dans bien des cas, beaucoup plus.

Blog Malaurie

 

Exhortant tous les personnages à se déshabiller Ce que le titre dit, la couverture ne le laisse pas supposer : un chien et sa ba-balle. On s’attend donc à une histoire de bêtes à poils… Or ce petit album fait mettre à nu (au sens propre) tous les âges du genre humain, avant de courir pour un bain de mer.

Pour être honnête, je dois avouer que mon premier réflexe professionnel, fut de m’interroger sur les intentions des auteurs. Nous sommes tellement habitués à voir des corps mis à nus pour nous vendre des voitures ou des chaussures, que mon esprit déformé par la publicité s’est demandé : mais quel est le message sous-jacent ? Avant d’admettre que la nudité était juste illustrée pour elle-même.

Mon second réflexe, fut d’être un peu choquée (pudibonderie ?), « mais qu’est-ce que tous ces gens nus, en plus ils ne sont pas vraiment « beaux » ??? », là aussi je me dois de constater mon aliénation à la publicité. Quand et où peut-on voir représentés des corps ne répondant pas aux critères des canons de la mode ? Dans la rue sur les affiches, tous les corps sont calibrés : jambes, fesses, poitrines répondent à des normes photoshopées et les peaux sont lisses, et les attitudes sont étudiées…

La nudité montrée par Claire Franek et Marc Daniau se libère joyeusement de tout cela, les poses sont naturelles, les corps aussi divers que réalistes : petits, grands, gros, jeunes ou vieux, tous se dévêtent à leur façon, en toute simplicité. Sans être vulgaire, le livre montre l’intime de façon humoristique.

Je dois à cet album une réflexion enrichissante, et en conclusion j’ai acquis le livre pour ma bibliothèque. Quel sera l’accueil du public (enfants, parents, enseignants…) ? Je l’ignore, mais dans le doute je cogite mon argumentaire pour ceux qui viendront réagir à cet album qui ne laissera certainement pas indifférent.

BLOG l'ouvre livre